25 rue Henri Prou 78340 Les Clayes-sous-Bois
01 30 55 28 20

Notre projet missionnaire

Aimer c’est tout donner,
et se donner soi-même.

Sainte Thérèse de Lisieux, patronne des missions

Fruit du synode paroissial Dans l’Esprit Saint avançons avec audace, vous tenez entre les mains notre projet missionnaire.

Il est l’aboutissement du travail précieux de chacun, le cœur éclairé par l’Esprit Saint. Soyez-en les uns et les autres chaleureusement remerciés.

Sa visée est d’accueillir la grâce baptismale et de la déployer pleinement et joyeusement en vivant en disciple-missionnaire.

La première conviction est que nous avons à contempler Jésus dans sa manière de vivre en compagnie des Hommes. Il forme ses disciples et les conduit vers une transformation intérieure. Il est notre tête, et de Lui nous tirons notre richesse : « Hors de moi, vous ne pouvez rien faire » Jn 15,5.

La deuxième conviction est que cette voie est un chemin de croissance patient, personnel et communautaire, que chacun vit à son rythme.

La troisième conviction est qu’un cœur de baptisé-confirmé accepte de se laisser transformer par l’Esprit Saint autour de cinq essentiels de la vie chrétienne : la liturgie, la charité fraternelle, la vie de disciple, le service et l’évangélisation.
Il n’y pas d’ordre particulier pour commencer à les vivre. La croissance réalisée dans l’un de ces cinq essentiels nous fait grandir dans les quatre autres. Nous sommes tous appelés à croître vers cette plénitude vécue par le Christ.


Les 5 essentiels

Pour que notre paroisse de Villepreux – Les Clayes-sous-Bois se laisse transformer par l’Esprit Saint autour des cinq essentiels de la vie chrétienne.


Service

« Amen, je vous le dis : chaque fois que vous l’avez fait à l’un de ces plus petits de mes frères, c’est à moi que vous l’avez fait. »
Mt 25,40.

Pour que notre paroisse soit davantage missionnaire, que notre vie témoigne de cette parole de Jésus.

Charité fraternelle

« Soyez unis les uns aux autres
par l’affection fraternelle »
Rm 12,10.

Pour que notre paroisse soit davantage missionnaire, que la communauté expérimente une vraie fraternité qui permette de vivre et de porter ensemble la Bonne Nouvelle de Jésus-Christ ressuscité.

Liturgie

« Goûtez et voyez
comme est bon le Seigneur. »
Ps 33,9.

Pour que notre paroisse soit davantage missionnaire, que la liturgie soit le lieu fraternel, simple et joyeux, pour une rencontre transformante dans un cœur à cœur avec Jésus-Christ ressuscité.

Disciple

« Le jour venu, il appela ses disciples. » Lc 6,13. Pour que notre paroisse soit davantage missionnaire, que chacun puisse trouver un lieu pour fortifier sa foi afin que nous n’ayons pas peur de dire le nom de Jésus.

Evangélisation

« Avance en eau profonde
et jetez les filets pour la pêche. »
Lc 5,4.

Pour que notre paroisse soit davantage missionnaire, sortons avec audace dans l’Esprit Saint et témoignons de la joie de croire.


Année 1 : septembre 2020 – août 2021

1. Accueillir les nouveaux paroissiens à la messe au moins une fois par an en début d’année, et les inviter semaine suivante à un temps convivial de témoignage et de présentation de la dynamique paroissiale.

2. Créer un kit pour que les équipes paroissiales aient à cœur de vivre un temps de prière au début de chaque rencontre.

3. Proposer la messe à chœur ouvert plusieurs fois dans l’année.

4. Valoriser les groupes de prières de la paroisse (témoignages, flyers, etc.) à l’occasion du Dimanche de la Parole de Dieu en janvier.

5. Porter le livre des intentions de prières(1) à l’autel au moment de la procession des offrandes.

6. Mettre en place une équipe Accueil à la messe(2).

7. Proposer une animation avec les scouts, à l’occasion de la fête de fin d’année.

8. Inviter les paroissiens à se présenter en début de messe à leur voisin et à leur confier une intention de prière ; lors des messes familles, KT, Aumônerie…

9. Communiquer : afficher les activités paroissiales, distribution de flyers formation, flyers prières, afficher les rôles de chacun.

10. Créer une Journée annuelle de ré-co-formation(3).

11. Proposer un cycle de découverte de la foi : quatre soirées de témoignages/topos/ partage, notamment pour les nouveaux dans la foi.

12. Créer une équipe mission, en lien avec l’Equipe d’Animation Paroissiale (EAP), pour porter et suivre le projet missionnaire.

13. Créer une équipe chargée d’un diagnostic « charité »(4). qui fera des propositions concrètes.

14. Proposer des événements en sortie(5) autour de la distribution des cartes de Noël et Pâques.


1. Un livre d’intentions de prières sera disponible dans chaque église.
2. Accueil des paroissiens à l’entrée de la messe. Point d’attention à tous lors de la sortie.
3. Année 1 : le sacrement de réconciliation. Années 2 et 3 : thèmes à préciser.
4. Besoins humains et/ou matériels, cartographie des quartiers de nos villes.
5. Stand aux marchés, Visites à domicile, Distribution de cartes et affiches chez les commerçants...

Année 2 : septembre 2021 – août 2022

1. Célébrer la messe des Rameaux à Villepreux lors de la fête foraine.

2. Consolider les propositions missionnaires autour de l’accueil à la messe.

3. Mise en œuvre effective du temps de prière pour les équipes paroissiales.

4. Organiser une journée(6) type « forum » avec témoignages pour faire connaître les initiatives caritatives des associations.

5. Proposer des temps de partage conviviaux autour de retours d’expériences concrètes d’évangélisation explicite sur nos lieux de vie(7).

6. Créer des Fraternités Paroissiales Mission et Charité(8).

7. Organiser une crèche vivante dans la ville.


6. Notamment à l’occasion du «dimanche des pauvres».
7. Sous forme d’échanges lors de dîners fraternels pour ceux qui auront parlé du Christ autour d’eux (famille, travail, voisinage, association...) et y trouver encouragement, consolation, joie partagée.
8. Rencontres régulières de petits groupes. Elles visent à aider les paroissiens à grandir comme disciples missionnaires auprès de leurs proches dans le milieu où ils sont.

Année 3 : septembre 2022 – août 2023

1. Mettre en œuvre les propositions de l’équipe charité.

2. Déployer les cinq essentiels dans chaque Fraternité Paroissiale Mission et Charité.

3. Organiser un temps fort paroissial avec les membres des Fraternités Paroissiales Mission et Charité.


Un outil d’évaluation de notre progression

Jésus a 10 partout (trait bleu)

Jésus est le modèle du disciple-missionnaire. En Le contemplant, nous sommes invités à grandir pour L’aimer et Le faire aimer.

Je me situe, personnellement, par rapport aux cinq essentiels et je me positionne librement sur chacun d’eux.
Je positionne la paroisse de la même façon. Je décide de prendre une résolution pour la faire croître.

  • Retour sur la rencontre Synode #4

    Dimanche 23 janvier 2022 : Partager la responsabilité de notre mission commune

    Groupe 1

    On est des semeurs, on sème, le Seigneur arrose. Nous sommes des serviteurs, cela demande beaucoup d’humilité.
    Les petits pas ce sont toutes les joies, les grâces du quotidien, les pousses de graines semées. Il faut remettre à l’Esprit Saint notre mission. Agir mais aussi prier, se remettre dans les bras du Seigneur.
    Nous sommes corps du Christ, et nous n’avons pas tous les mêmes dons. Il nous faut donc partager avec les autres ces différents charismes. On ne peut rien faire seul, mais ensemble on peut tout faire.
    On n’est pas propriétaire de sa mission.
    On est appelé et notre mission est efficace si on a l’humilité de laisser le Seigneur agir à travers nous. Il ne faut pas attendre les fruits de cette mission, mais rendre grâce quand on les voit.

    Groupe 2

    Permettre à ceux qui sont en mission dans l’Eglise ou la société, d’apporter leur témoignage, d’être visibles, et ainsi de susciter l’engagement de chacun.

    Groupe 3

    Chercher à mieux diffuser les besoins, par tous les moyens (affichages, annonces à la messe, Le Lien, site Internet).
    Les groupes doivent être accueillants, encourager les participants, ne pas refroidir les bonnes volontés. La mission peut aussi être vécue individuellement auprès des autres dans la vie quotidienne.
    Que chacun puisse participer à la mission de l’Eglise en donnant selon ses capacités.

    Groupe 4

    Il faut être disponible dans son cœur pour intégrer une mission en Eglise avec ses propres charismes. La mission peut venir de l’appel d’un prêtre ou d’une initiative personnelle, pour être utile ou pour faire du bien. Quelle que soit la mission, il faut garder un peu de Marthe et une part de Marie en soi (Parole et service ensemble). Une mission ajustée donne des fruits : Paix et Joie.
    Prévoir une foire aux services (pour informer des besoins de services).
    La mission du baptisé est de se mettre au service de ses frères et sœurs, quel que soit le service, même le plus petit et le plus ponctuel, suivant ses charismes.
    La place du prêtre est importante pour l’appel des disciples à la mission.

    Groupe 5

    On a tous quelque chose à apporter pour ouvrir le chemin par notre engagement de citoyen, de baptisé. Faire des groupes d’échanges et de partage avec les jeunes. Des temps de prière et d’engagement, mais avec discernement. Temps important en fonction de sa vie privée.
    Dans la sphère familiale, la sphère d’Eglise, chacun à une pierre à apporter pour construire l’Eglise.

    Groupe 6

    Mission spirituelle – mission temporelle, pourquoi séparer ? Spirituel pour certains, temporel pour d’autres ?
    Je suis sur Terre pour que vienne le règne de Dieu, pas pour sauver mon âme !

    Projets tournés vers l’intérieur, et peu vers l’extérieur. On a besoins des orants…mais aussi de ceux qui sont dans le monde.
    La catéchèse familiale a permis à beaucoup de se remettre en marche. On fait, on peut faire ce qu’on veut.
    Quand on prend une initiative, on est à peu près suivi – pas par tous- mais au moins par certains (ex Eglise Verte).
    Est-ce qu’on se rend bien compte de ce qu’on dit dans les prières, notamment dans la prière Je Crois en Dieu ? Ce n’est pas très simple pour tout le monde. Ne pas oublier ceux qui  » rament « .
    On a beaucoup de mal à sortir de nos cercles habituels…et ceux qui ne sont pas dans ces cercles sentent exclus.
    “Le Lien” un beau titre …à développer dans les faits. Comment porter ensemble la mission ?

    On aurait besoin d’un élan, d’un enthousiasme paroissial. Mais qu’est-ce qu’il faudrait ? Y a-t-il vraiment du monde pour partager, pour se confronter, pour s’entrainer alors même que les options personnelles ne sont pas les mêmes ? Le mot mission n’a pas du tout le même sens pour les uns et pour les autres. “Vous ferez cela en mémoire de moi” non pas “Vous reproduirez ce geste, mais “que votre vie soit aussi “faire” dans le monde où vous vivez.
    On est appelé selon les charismes. On aurait besoin de plus de partages en paroisse des différents engagements de chacun, et surtout de ceux qui ont des engagements à l’extérieur.

    Groupe 7

    Membres du Corps du Christ. Est-ce qu’on fait Eglise ? Il y a le truc de chacun, mais…dans le quotidien, accepter l’autre dans sa / ses différences. Toujours “se souvenir” qu’on est chrétien pour mettre en œuvre cette démarche de recherche d’accueil.
    La prière sans les œuvres… les œuvres sans la prière…

    Trouver sa place dans une activité paroissiale :

    – Les nouvelles propositions, les services non officiels (garder les enfants des personnes qui vont en réunion), la disponibilité pour tout besoin qui nous arrive = lecture chrétienne de ce qui se passe. Transmission du Lien, des homélies aux absents.

    – Mission d’église reçue officiellement / personnes âgées.

    – Quand on s’affiche chrétien, responsabilité du témoignage.

    Quand il y a un appel du prêtre pour des besoins, y a-t-il suffisamment de retours de la part des paroissiens ? Si non, y a-t-il un renouvellement de demandes ? Les services trouvent-ils finalement à pourvoir leurs besoins ? Impression de ne pas savoir ce que ça devient.

    Est-ce qu’on vit dans des bulles (chaque équipe dans ses objectifs) mais quelle ouverture vers les autres paroissiens ? Il y a eu auparavant des forum (1 par an) pour présenter les différents mouvements, ou animation de la messe par chaque mouvement. A reprendre ?
    On ne se parle pas assez !!
    Question de pouvoir, d’appropriation dans une équipe. Attention au repli, à la fermeture pour les autres. Se rappeler que le chrétien est là pour servir.
    Certains services s’exercent en binôme, c’est une richesse. Qu’est-il possible de faire des divergences, des oppositions ? Les laisser en l’état ? Comment avancer ?
    Attention au cloisonnement spirituel / temporel. Cherchons à unifier en nous ces 2 aspects.
    A propos de la hiérarchie : Le mot nous ramène au pyramidal. On aime bien la démarche synodale où tout le monde peut s’exprimer. Sachant qu’une organisation est nécessaire pour que chacun exerce une obéissance éclairée, pour que la mission d’Eglise puisse s’exercer.
    A propos des points de la mission négligée : Là où se manifeste de l’insatisfaction, il est bon de se questionner. Que nous manque-t-il ? Où sont les jeunes ? L’Eglise de demain, comment communique-t-on ?
    Jusqu’où faisons-nous Eglise ?
    Le baptême “nous oblige”, dans le sens où nous ne devrions être ni des paroissiens consommateurs, ni des des propriétaires de missions. Sortons des bulles construites quand elles n’étaient pas notre projet de départ. Allons vers les autres, acceptons les différences.

    Groupe 8

    Manque de communication entre l’EAP et l’information contenue dans Le Lien.
    Créer des occasions lors des messes pour faire des rencontres. On ne se connait pas.
    Isolement. Cloisonnement.
    Un constat. Pas d’échanges professionnels dans nos paroisses, et pourtant beaucoup vivent des choses difficiles. Ne pourrait-on pas créer des groupes qui réuniraient des personnes afin de favoriser les échanges, les joies, les difficultés.
    Lire l’Evangile ensemble. Faire relecture de vie. Ainsi repartir regonflés et retrouver notre mission au sein des équipes professionnelles auxquelles on appartient. Et là, c’est souvent la périphérie dont on parle tant.
    Notre paroisse est plutôt centrée sur le spirituel que sur le temporel. Un manque est
    ressenti, notamment celui du partage de la vie de tous les jours, de la vie professionnelle,
    associative, etc…

    Est-ce qu’on vit dans des bulles (chaque équipe dans ses objectifs) mais quelle ouverture vers les autres paroissiens ? Il y a eu auparavant des forum (1 par an) pour présenter les différents mouvements, ou animation de la messe par chaque mouvement. A reprendre ?
    On ne se parle pas assez !!
    Question de pouvoir, d’appropriation dans une équipe. Attention au repli, à la fermeture pour les autres. Se rappeler que le chrétien est là pour servir.
    Certains services s’exercent en binôme, c’est une richesse. Qu’est-il possible de faire des divergences, des oppositions ? Les laisser en l’état ? Comment avancer ?
    Attention au cloisonnement spirituel / temporel. Cherchons à unifier en nous ces 2 aspects.
    A propos de la hiérarchie : Le mot nous ramène au pyramidal. On aime bien la démarche synodale où tout le monde peut s’exprimer. Sachant qu’une organisation est nécessaire pour que chacun exerce une obéissance éclairée, pour que la mission d’Eglise puisse s’exercer.
    A propos des points de la mission négligée : Là où se manifeste de l’insatisfaction, il est bon de se questionner. Que nous manque-t-il ? Où sont les jeunes ? L’Eglise de demain, comment communique-t-on ?
    Jusqu’où faisons-nous Eglise ?
    Le baptême “nous oblige”, dans le sens où nous ne devrions être ni des paroissiens consommateurs, ni des des propriétaires de missions. Sortons des bulles construites quand elles n’étaient pas notre projet de départ. Allons vers les autres, acceptons les différences.

    Groupe 9

    Importance d’être appelé et de dépasser nos appréhensions de départ (peur de ne pas être à la hauteur). Oser appeler. Beaucoup de personnes attendent d’être appelés, et personne ne les appelle. Quand on est appelé, est-on accueilli avec ce qu’on est ?
    Importance d’une cohérence de vie entre le Dimanche et le reste de la semaine. Les pratiquants ne sont pas toujours ceux qu’on croit.
    Importance de se retrouver dans une équipe paroissiale pour discerner et partager notre vie de chrétien dans le monde, type Mouvement d’Action Catholique.
    Articulation spirituel / temporel : les deux sont indispensables.
    La Mission : annoncer la Bonne Nouvelle par la Parole, par des gestes de tous les jours, par des engagements.
    Le soutien : la communauté ne soutient pas beaucoup ceux qui ont des engagements dans la ville. Dieu nous soutient au quotidien par plein de petits signent qui dépassent la communauté. L’Esprit souffle où il veut, et Dieu n’abandonne pas son peuple.
    Nous ne savons pas comment est fait le discernement et par qui. A titre personnel, chacun discerne par ses propres moyens (en dehors de la paroisse) par des lectures, des discussions, la prière.
    Accueillir la vie, c’est notre mission.
    Mettre en place des équipes paroissiales de partage et de discernement pour nous aider dans notre vie de tous les jours. Accueillir la Vie et en vivre tous les jours.

    Continuer la lecture →
  • Retour sur la rencontre Synode #3

    9 janvier 2022 : Autorité et participation

    8 groupes, 40 personnes

    Groupe 1 

    L’AUTORITE EST UN SERVICE QUI PERMET DE FAIRE GRANDIR, FAIRE SORTIR LE MEILLEUR DE NOUS-MEMES.

    Suggestions : étendre la démarche synodale aux groupes de jeunes scouts, aux pères de famille. 

    Groupe 2 

    Une autorité bien reçue demande une bonne communication dans les 2 sens (faire monter et descendre l’information).

    Suggestions :     

    • un responsable communication (instances paroissiales : désirs des paroissiens vs décisions prises – aller / retour entre désirs et décisions).
      • forum des « services » paroissiaux
      • outil moderne de communication : FAQ anonyme (Foire Aux Questions)
      • boîte à idées
      • pub pour le site

    et nous ?

    • nos idées ? À qui les faisons-nous remonter ?
      •  Inviter convivialité ? Petits groupes

    Notre participation :

    SE SENTIR RESPONSABLES, SE DONNER L’AUTORITE COMME BAPTISE D’AGIR.

    Groupe 3

    UNE AUTORITE EST NECESSAIRE POUR NOUS METTRE EN ROUTE, PAR UN APPEL, DANS UNE MISSION DANS LAQUELLE NOUS GRANDISSONS GRACE A UNE CERTAINE AUTONOMIE.

    Groupe 4

    • dans nos mouvements, l’autorité est partagée, il y a des échanges, les décisions sont collégiales.
    • Une participation aux mouvements et services nous rend plus participants à la paroisse.

    D’où l’importance de davantage faire connaître les mouvements.

    ILFAUDRAIT PLUS DE TRANSPARENCE DANS LES PRISES DE DECISIONS AU NIVEAU DE LA PAROISSE.

    SI LES PAROISSIENS ETAIENT PLUS CONSULTES DANS LES CHOIX ET LES DECISIONS, ILS S’IMPLIQUERAIENT DAVANTAGE.

    Groupe 5

    LA MUSIQUE VIENT DU CIEL :

    IL FAUT UN CHEF D’ORCHESTRE QUI GOUVERNE, SANCTIFIE ET ENSEIGNE, C’EST SA MISSION RECUE DE L’EGLISE.

    ON ATTEND DE LUI QU’IL EXERCE UNE AUTORITE BIENVEILLANTE, EXPLIQUEE ET COMMUNIQUEE. 

    C’EST UNE AUTORITE DE SERVICE POUR QUE CHACUN PUISSE TROUVER SA MISSION (JOUER SA PARTITION) DE BAPTISE, PRETRE , PROPHETE ET ROI.

    Groupe 6

    Paroisse vivante

    Priorités : le catéchisme, l’aumônerie, faire régulièrement des appels, avec présentation brève du service, si on en présente un chaque dimanche on connaîtra mieux tous les services.

    RECEVOIR UNE RESPONSABILITE, UNE MISSION DONNE AUTORITE AU SERVICE DE TOUS, POUR UN TEMPS LIMITE.

    Groupe 7

    Il serait bon qu’il y ait une meilleure communication sur les rôles du Conseil Pastoral et de l’Equipe d’Animation Pastorale (EAP).

    Le curé a autorité parce qu’il est un ministre ordonné et doit rendre compte à l’évêque.

    L’autorité c’est différent d’une prise de pouvoir.

    Le curé a autorité parce qu’elle est légitime.

    On peut accepter l’autorité si elle est bien justifiée.

    Il y a des expériences où l’autorité est mise en question quand il n’y a pas suffisamment d’écoute et des expériences positives avec la personne qui a autorité parce qu’il y a une vraie écoute et un vrai échange

    « petits pas » = une vraie réflexion sur le sujet 

    Besoin d’un discernement avec l’Esprit Saint avant une rencontre avec une autorité = réflexion + prière à l’Esprit Saint. Réfléchir au fait que cette demande n’est pas que pour moi mais pour tous.

    Mais il faut aussi que les paroissiens « osent » aller rencontrer le curé : il faut une démarche d’humilité.

    Humilité et fraternité dans le Christ notre Seigneur.

    UNE AUTORITE EST NECESSAIRE POUR LA BONNE MARCHE DE LA PAROISSE, MAIS CELA NECESSITE UNE ECOUTE ET UN RESPECT DE PART ET D’AUTRE. SE METTRE SOUS LE REGARD DE L’ESPRIT SAINT ET CHACUN AVEC HUMILITE.

    GROUPE 8

    Disponible pour servir mais pas appelé.

    Comprendre la beauté et l’unicité de chaque personne.

    Bonheur de travailler avec les autres.

    Chacun quelles que soient ses capacités doit pouvoir participer.

    Le Conseil Pastoral doit aller dans les groupes, aller vers les autres pour connaître les besoins des uns et des autres.

    Humiliation de voir certaines propositions rejetées sans explication.

    Il y a une fracture dans l’Eglise. Vatican II / post Vatican. Caritas / Prière.

    Faut-il être appelé pour répondre ?

    Qui appelle ?

    L’autorité s’autoproclame-t-elle ?

    IMPORTANCE QUE TOUTES LES SENSIBILITES DE LA PAROISSE SOIENT REPRESENTEES ET PUISSENT PARTAGER LEURS RICHESSES.

    DOMMAGE QUE LES JEUNES NE PARTICIPENT PAS AU SYNODE.

    Continuer la lecture →
  • Retour sur la rencontre Synode #2

    Notre paroisse a vécu dimanche dernier à Saint-Vincent, la deuxième rencontre du « Synode sur la synodalité », lancé le 17 octobre.

    Cette rencontre avait pour thème de réflexion : « Discerner et décider ».

    Le compte-rendu du groupe 7 (annexe) a été réceptionné dans la semaine suivant le dimanche 5 décembre, et a été publié dans son intégralité.

    Pistes de réflexions sur les prochains thèmes proposés par la paroisse

    Dimanche 9 janvier 2022 : AUTORITÉ ET PARTICIPATION

    Une Église synodale est une Église participative et coresponsable. Comment notre communauté ecclésiale identifie-t-elle les objectifs à poursuivre, la manière de les atteindre et les mesures à prendre ? Comment s’exerce l’autorité ou la gouvernance au sein de notre Église locale ? Comment le travail d’équipe et la coresponsabilité sont-ils mis en pratique ? Comment les évaluations sont-elles menées et par qui ? Comment sont promus les ministères laïcs et la responsabilité des laïcs ? Avons-nous eu des expériences fructueuses de synodalité au niveau local ? Comment les organes synodaux fonctionnent-ils au niveau de l’Eglise locale (Conseils pastoraux dans les paroisses et les diocèses, Conseil presbytéral, etc.) ? Comment pouvons-nous favoriser une approche plus synodale dans notre participation et notre leadership ?

    Dimanche 23 janvier : PARTAGER LA RESPONSABILITÉ DE NOTRE MISSION COMMUNE

    La synodalité est au service de la mission de l’Église, à laquelle tous les membres sont appelés à participer. Puisque nous sommes tous des disciples missionnaires, comment chaque baptisé est-il appelé à participer à la mission de l’Église ? Qu’est-ce qui empêche les baptisés d’être actifs dans la mission ? Quels sont domaines de la mission que nous négligeons ? Comment la communauté soutient-elle ses membres qui servent la société de diverses manières (engagement social et politique, recherche scientifique, éducation, promotion de la justice sociale, protection des droits de l’homme, protection de l’environnement, etc.) Comment l’Église aide-t-elle ces membres à vivre leur service envers la société de manière missionnaire ? Comment est fait le discernement sur les choix missionnaires et par qui ?

    Continuer la lecture →
  • Retour sur la Rencontre Synode # 1

    Notre paroisse a vécu dimanche dernier à Saint-Vincent, la première rencontre du « Synode sur la synodalité », lancé le 17 octobre.

    Cette rencontre avait pour thème de réflexion : « L’écoute » – Une première étape qui exige une ouverture d’esprit et de cœur, sans préjugés.

    C’est avec une grande joie que nous vous annonçons que nous étions un peu plus de 60 à nous réunir pendant 1h30 – de 15h à 16h30. Les horaires ont été tenus ce qui a sûrement contribué à la réussite de cette première rencontre.
    Après la présentation de la réunion, par groupe de 5 à 6, les paroissiens ont pu réfléchir à « l’écoute au sein de l’Eglise », au sens large. Il s’agissait de faire remonter une expérience, un avis et de le partager, sans jugements.

    Ils nous ont proposé une synthèse de leurs réflexions que nous avons voulu vous partager de manière exhaustive (document complet ci-dessous ou à télécharger). Ce matériau et celui des trois prochaines rencontres, nous permettra de nous appuyer, en paroisse, sur notre expérience pour faire grandir notre Eglise dans les grands questionnements et remises en question actuels.

    Saisissons-nous de cette opportunité de nous engager pour une communauté qui rassemble nos diversités autour de Jésus Christ et son enseignement.

    Les prochaines rencontres à Saint-Vincent de 15h à 16h30 : 

    • Dimanche 5 décembre : Discerner et décider
    • Dimanche 9 janvier : Autorité et participation
    • Dimanche 23 janvier : Partager la responsabilité de notre mission commune

    Pistes de réflexions sur les 4 thèmes proposés par la paroisse

     

    Dimanche 14 novembre 2021 : L’ÉCOUTE

    L’écoute est la première étape, mais elle exige une ouverture d’esprit et de cœur, sans préjugés. Comment Dieu nous parle-t-il à travers des voix que nous ignorons parfois ? Comment les laïcs sont-ils écoutés, en particulier les femmes et les jeunes ? Qu’est-ce qui facilite ou inhibe notre écoute ? Dans quelle mesure écoutons-nous ceux qui se trouvent aux périphéries ? Comment la contribution des hommes et des femmes consacrés est-elle intégrée ? Quelles sont les limites de notre capacité d’écoute, en particulier de celle de ceux qui ont des opinions différentes des nôtres ? Quel espace y a-t-il pour la voix des minorités, en particulier des personnes qui connaissent la pauvreté, la marginalisation ou l’exclusion sociale ?

    Dimanche 5 décembre 2021 : DISCERNER ET DÉCIDER

    Dans un style synodal, nous prenons des décisions en discernant ce que l’Esprit Saint dit à travers toute notre communauté. Quelles méthodes et quels processus utilisons-nous pour prendre des décisions ? Comment peuvent-ils être améliorés ? Comment pouvons-nous promouvoir la participation à la prise de décision au sein des structures hiérarchiques ? Est-ce que nos méthodes de prise de décision nous aident à écouter l’ensemble du peuple de Dieu ? Quelle est la relation entre la consultation et la prise de décision, et comment les mettons-nous en pratique ? Quels outils et procédures utilisons-nous pour promouvoir la transparence et la responsabilité ? Comment pouvons-nous progresser dans le discernement spirituel communautaire ?

    Dimanche 9 janvier 2022 : AUTORITÉ ET PARTICIPATION

    Une Église synodale est une Église participative et coresponsable. Comment notre communauté ecclésiale identifie-t-elle les objectifs à poursuivre, la manière de les atteindre et les mesures à prendre ? Comment s’exerce l’autorité ou la gouvernance au sein de notre Église locale ? Comment le travail d’équipe et la coresponsabilité sont-ils mis en pratique ? Comment les évaluations sont-elles menées et par qui ? Comment sont promus les ministères laïcs et la responsabilité des laïcs ? Avons-nous eu des expériences fructueuses de synodalité au niveau local ? Comment les organes synodaux fonctionnent-ils au niveau de l’Eglise locale (Conseils pastoraux dans les paroisses et les diocèses, Conseil presbytéral, etc.) ? Comment pouvons-nous favoriser une approche plus synodale dans notre participation et notre leadership ?

    Dimanche 23 janvier : PARTAGER LA RESPONSABILITÉ DE NOTRE MISSION COMMUNE

    La synodalité est au service de la mission de l’Église, à laquelle tous les membres sont appelés à participer. Puisque nous sommes tous des disciples missionnaires, comment chaque baptisé est-il appelé à participer à la mission de l’Église ? Qu’est-ce qui empêche les baptisés d’être actifs dans la mission ? Quels sont domaines de la mission que nous négligeons ? Comment la communauté soutient-elle ses membres qui servent la société de diverses manières (engagement social et politique, recherche scientifique, éducation, promotion de la justice sociale, protection des droits de l’homme, protection de l’environnement, etc.) Comment l’Église aide-t-elle ces membres à vivre leur service envers la société de manière missionnaire ? Comment est fait le discernement sur les choix missionnaires et par qui ?

    Continuer la lecture →